Follow by Email

jeudi 13 septembre 2012

Le pied de roi est un instrument de mesure tombé dans l'oubli



In Portraits de villes (plans-reliefs, la conquête de l’espace) in - Le Petit Journal des grandes  expositions n°327  du  5 avril au 29 juillet 2001, Palais des Beaux-arts de Lille, Réunion des Musées nationaux, Ville de Lille.

« Au XVIIe siècle, on généralise la construction de règles métalliques (laiton) plates de la l’un pied ou d’un tiers de pied.

Ces instruments portent généralement des divisions en pouces eux-mêmes divisés en douze lignes. On avait ainsi à sa disposition les divisions les plus usuelles du système de mesure des longueurs. Le pied de roi est souvent utilisé comme un compas de proportion.

Le compas de proportion, véritable « règle à calculer » fondée sur les systèmes sexagésimaux, fut d’un usage général jusqu’au début du XIXe siècle, époque à laquelle le système décimal le rendit caduc. Il est constitué de deux règles plates de même longueur, articulées autour d’une charnière plate. Déplié, il a la longueur d’un pied. Sur chacune des faces se trouvent gravées des lignes rayonnant à partir du foyer de la charnière et déterminant les échelles fondamentales : les parties égales, les plans, les cordes et les solides. On trouvait également les échelles des sinus, celles de tangentes, ainsi que celle des calibres et des poids des munitions d’artillerie.

Son principe de fonctionnement est proche de celui de la règle à calculer, mais sans reglet mobile, on utilise pour cela un compas à pointe sèche. Le compas de proportion permettait de résoudre les problèmes courants d’arithmétique, de géométrie et de trigonométrie, ainsi que ceux liées aux charges de poudre. »

1 commentaire: