Follow by Email

dimanche 31 août 2014

un appel du Tourville.


J'ai le plaisir de vous informer que l'Association Tourville s'est à nouveau engagée dans une action de recherche de financement participatif par le biais du site http://fr.ulule.com/association-tourville/.
En effet, dans l'attente de notre participation au prochain programme Interreg des 2 Mers (2015-2020), nous devons, dans cette période intermédiaire, trouver de nouvelles ressources financières pour la construction à taille réelle du vaisseau du 17ème siècle le Jean-Bart à Gravelines.
Ainsi, toute somme récoltée nous permettra de continuer nos achats de bois pour la construction du navire et de financer les postes de charpentier de marine tout en poursuivant notre politique de formation et de qualification grâce à l'embauche de jeunes apprentis charpentiers de marine, et de compagnons charpentiers du Tour de France du devoir.
Après avoir récolté nos premiers financements, nous vous sollicitons pour participer et faire participer votre entourage à cette action de recherche de financement participatif. Il n'y a pas de petits soutiens, tout apport nous sera d'une grande aide.
Alors, dès aujourd'hui, n'hésitez pas et faites tourner l'information (ainsi que notre flyer) à votre entourage, pour qu'eux aussi puisse prendre part à cette merveilleuse aventure.
Au nom de l'Association Tourville, merci pour votre soutien !
Nous continuons grâce à vous !
Vous pouvez d'ores et déjà prendre connaissance de l'avancée de la construction du Jean-Bart en visitant notre site internet http://www.tourville.asso.fr/
 

Cordialement,
 

Christian Cardin
Président Fondateur de l'Association Tourville
Route de Calais
59820 Gravelines
03.28.21.22.40

jeudi 28 août 2014

incongruités...

 L'on a tant débattu du marché et de sa place lors de la campagne municipale en oubliant parfois les choses étranges que l'on peut encore y trouver... Il est vrai qu'il faut parfois sortir du cadre alimentaire et des autres vendeurs de vetements qui reçoivent le renfort des vendeurs de fourrures, boas et autres chapeaux à plumes durant la longue période du carnaval... La concurrence devient rude entre vendeur de consommables informatiques ou téléphoniques de plus ou moins réelle efficacité... Voilà le retour des caleçons au goût douteux, des skatebords de mon enfance (plus étroits que les semelles de nos baskets) et d'articles étranges comme le masque-bang, un masque à gaz se terminant non par une cartouche à charbon mais par une pipe à eau avec laquelle on fume des substances plus souvent prohibées dans le pays que le tabac blond de Virginie... Curieux monde donc que celui des marchands forains...


voir saint-Eloi autrement

 Comme si changer de perspective faisait évoluer notre propre perception du monde...

choc culturel anodin

A l'heure où les médias et politiques s'inquiètent de la laïcité ou du respect des "bonnes moeurs", se focalisant sur certaines tenues, l'on ne s'aperçoit pas du mini-choc culturel qui se déroule devant nous. L'oeil d'abord attiré par la jupe plutôt courte d'un été finissant est interpellé par deux silhouettes au loin, de deux frères mineurs, des cordeliers qui traversent la ville à leur aise, rappelant que la religion est et reste un phénomène universel, transcendant les civilisations, et que des siècles de traditions perdurent, notamment dans les ordres religieux majeurs qui, tout en restant dans le Siècle, refusent de dérger à la Règle...

divine rencontre à Dunkerque

 On les sait en danger, ces abeilles et autres bourdons, par la pollution, par les insecticides virulents de certaines sociétés outre-atlantiques... Et pourtant, en petite sortie dans le centre de Dunkerque, regardant négligemment quelques fleurs, l'une d'elles butine, passe de tige en fleurs... Il faut saisir l'instant de grâce en gardant à l'esprit que sans elles, plus aucune vie ne serait possible sans de terribles et couteux efforts qui pourraient de toute façon se reveler infructueux... Il est temps que les pouvoirs publics se réveillent et prennent en compte l'importance vitale de si frêles ouvriers de notre quotidien...




aux couleurs de Flandre

 D'ordinaire flottent les couleurs nationales ou le drapeau de Dunkerque, célèbre pavillon alternant bandes bleues et blanches... Depuis quelques jours, le drapeau comtal se déploie au gré du vent sur le mat des couleurs du beffroi de Saint-Eloi... Peu habitué à cette vision, il était difficile de ne pas sortir immortaliser les couleurs locales ondulant au vent, histoire de rappeler que si Dunkerque est en France, elle n'en est pas moins ville flamande avant tout, et bien avant qu'elle ne fut rachetée en 1662 par Louis XIV...



mardi 26 août 2014

70 ème Anniversaire des fusillés du Fort des Dunes à Leffrinckoucke

Les 5 & 6 Septembre au Fort des Dunes de Leffrinckoucke cérémonie en mémoire des 8 Fusillés .
A la suite d'un attentat par un résistant contre un soldat allemand, huit résistants de Rosendaël et de Bray-Dunes, qui s'étaient regroupés dans la cave d'une habitation de la rue des Sables à Rosendaël (actuellement rue des résistants), ont été arrêtés par les allemands le 4 septembre 1944.

Ils furent emmenés, pour interrogatoire à la standortkommandantur place des Nations à Malo-les-Bains puis sommairement jugés au Palais de Justice de Dunkerque et enfermés, vraisemblablement, dans un local de la Batterie de Zuydcoote à Leffrinckoucke avant d'être détenus au Fort des Dunes.

Ils furent fusillés le 6 septembre 1944 à 9h15 dans un fossé du Fort des Dunes près de la caponnière nord. Ce n'est que le 30 juillet 1945 que les corps furent retrouvés dans une fosse de 4 mètres de diamètre.

Leurs funérailles ont été célébrées le 6 août 1645. La veille la population de Rosendaël fut autorisée à se rendre à la chapelle ardente pour se recueillir devant les cercueils. Les différents groupes de la Résistance organisèrent une garde d'honneur.



 

source :     http://amicale-110ri-dunkerque.over-blog.com             

dimanche 17 août 2014

Jean Favier n'est plus

L'historien Jean Favier est mort mardi 12 août, à l'âge de 82 ans, des suites d'un cancer, a annoncé son fils samedi. Médiéviste réputé, Jean Favier avait été directeur des Archives nationales et président de la Bibliothèque nationale de France.

François Hollande a salué dans un communiqué la mémoire d'un « des plus grands historiens du Moyen Age, qui fut aussi un grand serviteur de l'Etat ». « Il faisait partie de ces historiens lucides, courageux, ennemis de tout préjugé, qui ont renouvelé notre perception d'une époque aussi passionnante et féconde que perturbée », a estimé pour sa part la ministre la culture Aurélie Filippetti.
Né à Paris le 2 avril 1932, Jean Favier était entré à l'Ecole des chartes dont il était sorti major et où il avait obtenu un diplôme d'archiviste paléographe en 1956, avant de devenir agrégé d'histoire et docteur ès lettres. Il avait ensuite mené une carrière universitaire à la faculté de Rouen puis à l'Ecole pratique des hautes études et à la Sorbonne.

UNE BIBLIOGRAPHIE IMPRESSIONNANTE
En 1975, il était devenu directeur des Archives nationales, installées à l'hôtel de Soubise, dans le Marais. Une fonction qu'il conservera pendant dix-neuf ans et dans laquelle il s'appliquera à moderniser considérablement ce secteur.
Homme d'ouverture, familier des médias, il avait été nommé président de la BNF (Bibliothèque nationale de France) en 1994 puis, en 1997, président de la commission nationale française pour l'Unesco.
Jean Favier laisse une bibliographie impressionnante, faite de travaux spécialisés comme Les Finances pontificales à l'époque du grand schisme d'Occident (1966), Finances et fiscalité au bas Moyen Age (1971) et d'ouvrages grand public, comme Philippe Le Bel (1978), La Guerre de Cent Ans (1980), François Villon (1982), Les Grandes Découvertes (1991).

DICTIONNAIRE DE LA FRANCE MÉDIÉVALE
En 1993, il avait publié un Dictionnaire de la France médiévale, fruit de quinze ans de travail, qui permet de découvrir en près de mille pages dix siècles de notre histoire. Pour les éditions Fayard, il avait dirigé une Histoire de France en six tomes dont il avait lui-même rédigé le deuxième tome, intitulé « Le temps des principautés : de l'an mil à 1515 ». Il avait également dirigé la Revue historique de 1973 à 1997.
Parmi ses nombreux titres, Jean Favier avait été membre de l'Académie des inscriptions et belles-lettres, président du conseil d'administration de l'Ecole normale supérieure, administrateur de l'Institut national de l'audiovisuel, président d'honneur du Conseil international des archives. Homme de radio, il avait animé sur France Inter l'émission « Question pour l'histoire ».


Ses obsèques auront lieu le 4 septembre à l'église Saint-François-Xavier, à Paris 7e, a indiqué sa famille.

source : iemonde.fr édition du 16 août 2014

samedi 16 août 2014

un été comme les autres en mer du Nord






couleurs d'été sur la digue de Malo-Dunkerque

Accordons le, la digue devenait tristounette et quelques couleurs vives ne lui font pas de mal... Mais le palmier est il réellement une essence judicieuse en bord de Flandre?



un temps de 15 août, vraiment?

15 août 2014, décidant de bouder et braderie et bénédiction de la mer (je trouve inconvenant la foule présente à ces grandes occasions qui est incapable d'emplir les églises dans le temps liturgique normal), j'attends que les orages passent. Le matin en fut copieux et je serais curieux que l'on nous parle cette année de déficit hydrique... La pluie tombée, le ciel sans cesse changeant, je tente toutefois une incursion vers la digue de Malo-Dunkerque où, sur la parvis qui borde le Kursaal, la mer, poussée par un vent de nord assez frais semble se donner en spectacle, jouant sans cesse de ses nouvelles formes, des chocs du sac et du ressac que l'on pourrait regarder des heures sans se lasser... juste avant que la pluie d'orage ne retombe plus drue encore que le matin même....






















vendredi 15 août 2014

pauvre, pauvre littérature... grande-synthoise

 Mercredi 13 août 2014, un arret rue Salvador Allende à Grande-Synthe, pour prendre un ami venant aider à un déménagement... Le temps qu'il descende de son logement, je furète toujours un peu et tombe en arrêt, c'est le cas de le dire, sur le magnifique exemple de mobilier urbain, portant un nom on ne plus connu en France, en Navarre et ailleurs... Mince, dans cette ville, ils aiment tellement ce grand auteur français qu'ils le multiplient à moins que le conseil municipal pense que les livres d'aventures qui ont animé notre jeunesse soient une oeuvre collective.

samedi 9 août 2014

un jour d'été comme un autre au bassin d'évolution de Dunkerque

Qu'il fasse beau (quoique cette année la notion est toute relative), n'empêche en rien le port de travailler, les grues d'enfoncer profondément leurs machoires dans les cales des navires venues de tous les horizons apporter leurs produits et repartir avec les productions dunkerquoises... Porte ouverte sur le monde, la série de bassins du port de Dunkerque inciterait presque au voyage mais voyant ces navires aux noms exotiques, on ne peut s'empecher de penser à la sueur de ceux qui font tourner le monde pour des salaires dérisoires... Et bien qu'en ce 8 août 2014, le ciel soit azuréen, personne ne peut interdire à nos usines de fabriquer nos nuages... De l'autre côté de la digue du Break, cette longue descente douce de béton qui file du pont des Flandres à l'écluse de Gaulle dont le pont est consigné pour les mois estivaux, de nombreux estivants se sont installés sur l'estran, les uns pour bronzer, d'autres pour nager, certains pour pêcher, fuyant plus que surement la foule qui se masse sur la digue de Malo-les-Bains, surpeuplées par ces jours de grand beau...