Follow by Email

lundi 13 octobre 2014

Le Fort Louis avant la dernière guerre


Au moment où l'on parle du parc d'agglomération, il est bon de rappeler les heures glorieuses du Fort Louis, bordant le canal de Bergues, avant le déluge de fer de 1940...

jeudi 2 octobre 2014

quelques pas matinaux au bassin de commerce de Dunkerque








Steenvoorde : un agriculteur détruit par mégarde la motte féodale… inscrite aux monuments historiques !

Publié le

RAPHAËLLE REMANDE

On ne badine pas avec le patrimoine. Et un agriculteur belge pourrait l’apprendre à ses dépens. Mardi, alors qu’il avait besoin de terre, il est allé se servir sur… la motte féodale classée de la commune. Un site inscrit aux monuments historiques depuis 1979. L’agriculteur risque notamment plus de 3 000 € d’amende.
Pour le conservateur régional des monuments historiques, l’affaire est très grave. Et contrairement à ce qu’on pourrait penser, absolument rarissime. « Deux ou trois fois par an, on dresse des procès-verbaux mais pour des faits plus mineurs. Là, c’est une destruction, c’est une atteinte grave », nous indiquait Jacques Philippon, ce mercredi après-midi.
C’est hier que l’agriculteur belge s’est mis à travailler dans le champ, qui se trouve juste avant le pont de l’autoroute, au lieu-dit Oudenhove. D’après ce que la mairie aurait compris, le professionnel avait besoin de terre pour reboucher des trous dans sa pâture. Il a trouvé la butte parfaitement appropriée. Un riverain l’a vu et a aussitôt alerté la mairie. Le sang des élus n’a fait qu’un tour et on a sommé l’agriculteur d’arrêter les frais. Mais la motte est aujourd’hui complètement rabotée.

Le Belge pas au courant




Le Belge plaide la bonne foi : il n’était absolument pas au courant que le site était classé, a-t-il affirmé (la parcelle ne lui appartient pas). Effectivement, sur place, aucun panneau. Rien n’indique, pour un non-averti, que le monticule qui forme une bosse dans le paysage a une valeur. Qu’importe, pour Jacques Philippon, il y a une responsabilité qu’il faudra déterminer. « Quand un lieu est inscrit, cela figure sur les actes notariés. Le propriétaire est forcément au courant et doit le dire. » Mais la loi pourrait aussi retenir la responsabilité de l’auteur des faits.
Un procès-verbal va en tout cas être déposé à la gendarmerie, après constat des dégâts, par la Direction régionale des affaires culturelles. Puis le tout sera remis au procureur de la République qui décidera ou non de poursuites. « Mais vu la gravité du cas, on peut imaginer qu’il y en aura », suppose Jacques Philippon. Selon la loi, la peine encourue va jusqu’à 3 750 € d’amende, ainsi qu’une remise en l’état du site. « Mais là, c’est un peu compliqué. Nous allons devoir en discuter. »

mercredi 1 octobre 2014

le Centenaire à Feignies (59)

Bonjour à toutes et à tous,


Le samedi 18 octobre, se déroulera à partir de 14h à l'espace Gérard Philipe à Feignies, un après-midi de conférences autour de la Grande Guerre et de la bataille de Maubeuge.

3 interventions sont prévues :

A. VAN YPERZEELE : Les combats des 21-22-23 août : Il fallait sauver Sordet

J. DEPRET : Les forts de Maubeuge dans la bataille.

P. TABARY: Les Poilus de mon village.

L'entrée est gratuite,

Espérant vous voir nombreuses et nombreux à ce rendez-vous,

Cordialement,

MICHELOT Gilles.