Follow by Email

lundi 25 avril 2016

une légende urbaine savamment entretenue : la maison du pendu au Clipon

 
On ne compte plus sur l'internet le nombre de sites qui reprennent ad nauseam les mêmes informations sur la fameuse maison du pendu au clipon, jusqu'à retrouver ces mêmes informations dans un ouvrage paru il y a quelques années sur les maisons hantées de la région, d'une journaliste du défunt magasine "Pays du Nord"... Il est vrai que les lieux peuvent frapper les esprits, totalement isolée dans les dunes, perdue au milieu de nulle part.. mais il est tout aussi amusant que personne n'a jamais rapporté de témoignage direct de manifestation surnaturelle...
 le hameau du clipon, position stratégique allemande



Amateurs de sensations fortes, on ne compte plus les versions relatant le suicide d'un propriétaire desespéré par la mort de sa femme, de massacres commis durant la dernière guerre, etc etc etc. Malheureusement, jamais ces "auteurs" ne se sont attachés à vérifier leurs sources et bien peu nombreux d'ailleurs sont ceux qui se sont donnés la peine de visiter cette ruine bien connue sur le littoral, bien  qu'aujourd'hui cela devenu quasi impossible en raison du chantier du terminal méthanier...

Il n'y a jamais eu de pendu dans cette maison, ni de carnage par les nazis. Pour cause cette maison date de bien après la guerre.

Le Clipon était un hameau situé dans les dunes au bord de la mer, des Maisons, une église, une école , un casino comme l'on en trouvait souvent dans les petites bourgades balnéaires avant-guerre, à l'instar de Malo-les-Bains ou encore de Bray-Dunes... Le hameau se vida de sa population pendant la dernière guerre. 

Les Allemands y avaient établi un système fortifé de grande ampleur dans le cadre de la construction du Mur de l'Atlantique. Zone dunaire devenue militaire, le hameau ne survécut pas à la guerre et n'eut aucune chance puisqu'il se trouvait en plein dans la zone concernée par la construction du port ouest, un vaste port en eaux libres dont les travaux cependant restèrent inachevés en raison de la crise marquant la fin des Trente Glorieuses. Par sécurité enfin, les derniers blockhaus furent détruits ou ensevelis... 

 Le clipon, position du casino
 le clipon, position Hannah (tobrouk surmonté d'une tourelle de char français B1)

De fait, la ruine étonne, coincée entre le canal de dérivation reliant le port ouest et le bassin maritime du port est, creusé au début des années 50, posé au milieu de la dune et presque au bord de la anse du Clipon, donc face à la mer du Nord... et autour : rien ! Une ruine isolée, il n'en fallait pas plus pour exciter l'imagination, la rumeur puis internet faisant le reste !

Le hameau du Clipon était avant guerre un lieu de vacances apprécié et fréquenté entre autres par de nombreux habitants de la région lilloise qui venaient y chercher le calme et la tranquillité d’une immense plage de sable fin. ils s'y rendaient comme d'autres avaient leur villégiature à Malo ou Bray-Dunes?

La place disponible avait permis la construction de vastes batiments accueillant des associations, des scouts, etc. Il est vrai que les vacances à la mer étaient aussi proposées pour des raisons de santé autant que de proximité, l'époque n'avait pas encore vu naitre le complexe sidérurgique USINOR (aujourd'hui Arceor-Mittal)

Après la seconde guerre, il y eut bien quelques tentatives de reconstruction en même temps que l'on rebatissait Dunkerque.
la première "maison du pendu"

Parmi ces nouveaux batiments, une belle maison, qui auparavant était implantée au plus prés de la plage, au cœur de la dune et pas très loin de l’hôtel des familles fut remise en chantier ; un artisan, fut sollicité pour y creuser un puits artésien indispensable pour trouver l’eau douce nécessaire à la fabrication du mortier et le bâtiment s’éleva de nouveau dans le paysage local.


la maison du pendu en cours de construction

Pourtant sa reconstruction ne fut jamais achevée, les indemnités allouées dans le cadre des dommages de guerre étaient insuffisantes pour y parvenir et la propriétaire des lieux, vieillissante fut incapable d’achever les travaux. C’est ainsi que la belle maison solitaire ne fut jamais habitée et petit a petit les vandales en récupérèrent les matériaux et la réduisirent à son triste aspect actuel.

La toiture fut démontée progressivement, les tuiles chapardées ou cassées par plaisir, les huisseries enlevées et bientôt une corde fut même installée à la charpente en bois, évoquant la corde d’un pendu… d’où sans doute le nom donné à cette, désormais triste bâtisse : La maison du pendu. 




Bien évidemment, les légendes mentionnant des morts violentes en ses murs ne sont que billevesées...

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire