Follow by Email

mercredi 8 février 2017

Connaissez-vous vraiment vos voisins ?

Inutile de présenter la collection "pour les nuls", cette francisation de la collection américaine "for dummies" est déjà très large, connait de francs succès éditoriaux et couvre vraiment tous les domaines d'édition (un vrai cas d'école)...  Pour "l'Histoire de la Belgique pour les Nuls", on n'est pas dépaysé. L'ouvrage, assez volumineux, ne se limite pas à l'histoire de la Belgique depuis la création de l'Etat en 1830. On remonte allégrement le temps pour commencer avec l'homme de Néandertal pour arriver à notre époque. Tout y passe, les fouilles archéologiques, les sites, les hommes. Ainsi le territoire et l'histoire de ce qui est devenu l'Etat fédéral belge est minutieusement étudié. Pourquoi cela peut intéresser les habitants des départements du Nord-Pas-de-Calais (et les autres aussi, tant qu'à faire)? Tout simplement parce qu'il n'y a pas si longtemps, nous n'étions pas séparés par une frontière. Une frontière née des guerres et des traités, fixée définitivement par le Traité d'Utrecht et jamais contestée par la suite, mais une frontière difficile à percevoir car après tout, elle n'a rien de naturel...
Comme toujours, nombre d'encarts et de renvois permettent de suivre le livre en le picorant car il est vrai que son épaisseur pourrait rebuter au premier abord. Il est une mine d'information pour qui veut comprendre le "probleme belge", celui qui a tant occupé les journaux il y a quelques années, surtout au sujet de la fameuse querelle entre Flamands et Wallons, une querelle vieille comme la Belgique elle-même et qui, bien qu'elle soit apaisée, n'a pas encore trouvé de solution. 
La Belgique a beaucoup de choses à nous apprendre, après tout, n'a t elle pas survécu à l'absence de gouvernement pendant plus d'un an il y finalement si peu de temps.
Ce pays, petit, devrait faire l'objet de plus de curiosité en France. Il est un assemblage de deux peuples antagonistes auquel on a jouté à l'issue de la Première Guerre une petite communauté germanophone retirée à l'Allemagne, son histoire est intimement liée à celle de la France et cela bien avant la conquête romaine. L'Etat, à l'origine est artificiel: la Belgique devait servir d'état-tampon pour contre-carrer les ambitions françaises, et comme on ne pouvait trouver un roi dans l'une ou l'autre communauté, l'on alla chercher un Saxe-Cobourg... Mais apreès tout, c'est le roi qui fait la Belgique ! Déjà le destin européen, à défaut d'être international, de la Belgique est tracé... Insignifiant ou presque sur l'échiquier européen, ses colonies congolaises en firent un geant, fragile certes mais riche... Placé sur toutes les routes d'invasion (il suffit de voir les offensives de 1914 et de 1940 pour s'en convaincre), il est au coeur de la paix qui règne depuis 1945 et est un élément moteur de la constitution de l'Europe communautaire... C'est donc une Belgique méconnue qui ne demande qu'à être découverte et que l'on peut regarder comme un "miroir" de l'histoire française. Et si finalement, être belge n'etait pas tout simplement un art de vivre?

F. Stevens & A. Tixhon "L'histoire de la Belgique pour les Nuls", First éditions, Paris, 2010, 445 pages
ISBN 978-2-7540-1482-3
 
Eric Vanneufville, que les amateurs d'histoire flamande connaissent bien pour sa longue biographie, avait quant à lui édité "Le coq et le lion". Le coq des Wallons contre le lion des Flandres. On peut difficilement le taxer des partisans, il est Flamand de France, nourri à la mamelle des écoles de la République française mais parfaitement néerlandophone. Dans l'ouvrage édité chez France-Empire, il pose le debat en le dépassionnant de l'existence d'une Belgique aux frontières diverses, géographiques, territoriales, économiques et linguistiques. Là aussi, pour comprendre le présent, il remonte aux sources les plus anciennes, en reprenant l'histoire de ce territoire qui fit longtemps nôtre depuis l'antiquité. Lui non plus n'occulte aucun problème en mettant l'accent sur ce qui sépare les Belges, notamment les conditions économiques et la fameuse querelle linguistique, et sur les devenirs de la Belgique, petit état certes mais au coeur de la construction et des institutions européennes. Etre Belge n'est pas chose toujours facile...
 
Eric Vanneufville "Le Coq et le Lion, la Belgique à la croisée des chemins", éditions France-Empire, Paris, 1998, 185 pages
ISBN 2-7048-0843-0
  
Els Witte et Jan Crayebeckx se sont attachés à l'étude de l'histoire politique de la Belgique depuis 1830. Autant le dire, cet ouvrage s'adresse à un lectorat averti, qui connait dejà un peu l'histoire de ce pays particulier. Là, on n'est effectivement dans un ouvrage universitaire. S'y plonger nécessite d'avoir au moins lu "Le coq et le lion". En effet, entre les courants politiques (qui ne sont jamais éloignés de ceux que l'on trouve en France), les différentes oppositions sociales, les changements de fortune (l'extravagante richesse de la Wallonie industrielle puis sa ruine après le choc pétrolier face à la pauvreté de la Flandre devenue depuis 1974 la mère nourricière du pays), tout concourt à de profondes fractures. Ainsi, la politique intérieure et ses acteurs (Eglise, mouvements politiques, syndicats, etc), les courants de pensée typiquement d'outre-Quiévrain, font l'objet d'une étude approfondie. Il faut donc déjà connaitre autant le pays que les moeurs politiques pour appréhender l'ouvrage... d'autant plus que ce type d'étude est difficile à trouver en France... Un indispensable donc, mais pour un public averti !
 
E. Witte & J. Crayebeckx "La Belgique politique de 1830 à nos jours", éditions Labor, Anvers-Bruxelles, 1985 (1987 pour l'édition française), 639 pages
ISBN 2-840-0269-1

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire